Uneblague
.com

Une blague : vidéos, blagues et images drôles


Américains


> Accueil > Blagues > Blondes, belges et Compagnie > Américains

Sous rubriques


> Lois désuétes


Envoyer par email

Un Francais et un Americain sont en grande conversation sur la signification de leurs drapeaux respectifs. Pour rigoler, le Francais dit :
- Chez nous, le Bleu-Blanc-Rouge, c’est un peu comme les impôts...
Quand on en parle, on voit rouge ;
quand on reçoit la feuille d’imposition, on devient blanc ;
et une fois qu’on a reussi à tout payer, on est tout bleu.
L’Americain reprend :
- C’est pareil chez nous, sauf qu’en plus, nous, on voit des étoiles.


Envoyer par email

Quelle est la différence entre un américain et un pot de yaourt ?
Contrairement à l’americain, le yaourt, au bout d’un certain temps, finit par développer une certaine culture.


Envoyer par email

Comment appelle t’on un homme cultivé aux USA ?
Un touriste.


Envoyer par email

C’est dans un train, un américain avec un grand chapeau s’assied en face d’un autre mec, et il lui crache une fois juste a droite de la tête, et une fois juste à gauche, avec une précision redoutable. Il se présente :
- James Billton, champion du monde de crachat.
Le mec d’en face se lève, se place à 10 centimètres du visage de l’américain, et lui crache en pleine gueule
- Pierre Martin, amateur.


Envoyer par email

C’est un couple d’Américains qui dinent dans un grand restaurant new-yorkais. Ils en étaient au fromage, quand une splendide brune s’approche de la table et vient rouler une non moins splendide pelle au mari, pour repartir aussitot.
- Qui c’est !? demande la femme interloquée.
- C’est ma maîtresse, répond calmement le mari.
- Je demande le divorce immédiatement !
- Comment ça... tu veux renoncer à tes manteaux de fourrure, la villa et le yacht à Miami, notre grand appartement et mes billions de dollars ??
La femme ne répond pas et chipotte dans son assiette. Dix minutes après, on leur apporte le dessert.
- Tu vois, dit le mari, à la table du fond la-bas, Jim Parker avec la blonde... eh ben c’est sa maîtresse aussi.
La femme regarde un instant et replonge dans son assiette.
- Pff, la nôtre est mieux !


Envoyer par email

Aux USA, quelqu’un qui s’intéresse à la culture européenne, c’est un intellectuel.
En Europe, quelqu’un qui s’intéresse à la culture américaine, c’est un... attardé !


Envoyer par email

A la ferme australienne

Un Américain se rend dans une ferme australienne. Il demande aux fermiers :
- Je voudrais 500 kg de laine de mouton pour la semaine prochaine, je paie cash cinq mille dollars !

Les fermiers, bien ennuyés, se demandent comment remplir la commande d’autant plus que la tonte à déjà été faite. Mais pour 5000 dollars ... Ils décident donc de refaire la tonte et rasent de très très près les moutons.
Hélas, il manque 1 kg pour faire les 500 kg. Qu’à cela ne tienne, ils rasent le pépé qui dormait dans son coin et remplissent leur commande.
Les 5000 dollars en poche, ils font le tour de l’Australie. à leur retour, ils s’aperçoivent que le pépé est au sommet du toit de la ferme.
- Qu’est-ce que tu fais là haut, l’pépé ?
- L’américain est repassé, il voulait une douzaine d’oeufs ...
- Et alors ?
- Il n’y en a que dix !


Envoyer par email

Reconditionnement

Un Américain et un Français se retrouvent à des tables contiguës dans une brasserie parisienne. L’Américain mâchonne un chewing-gum consciencieusement, tel un bovin moyen. Regardant la table du Français, le yankee demande :
- Quand vous mangez votre pain, vous mangez aussi la croûte ?
- Bien sûr, répond le Français, on mange la mie et la croûte.
L’Américain reprend :
- Eh bien nous, on ne mange que la mie. Le reste on le collecte, et ça repart à l’usine pour être broyé. Ensuite, on en fait des biscottes qu’on vend en France. Et les steaks, vous les mangez entièrement vos steaks ?
- Bien sûr, répond le Français, on mange aussi bien la viande que les portions de gras qu’il peut y avoir autour.
L’Américain :
- Eh bien nous, on ne mange que la viande dans le steak. Pour la graisse, on la récupère, et elle repart se faire conditionner en steaks hachés qui seront vendus en France !
A présent, le Français est bien chaud et pas mal énervé. Il demande à l’Américain :
- Dites-moi, qu’est-ce que font les Américains de leurs préservatifs usagés ?
L’Américain :
- Ben, on les jette, évidemment, pas vous ?
Le Français :
- Ha non, pas nous ! Nous on les récupère, et on les renvoie à l’usine où ils sont reconditionnés en chewing-gum que l’on vend aux Américains.


Envoyer par email

A un mètre près

Un Américain et un Belge se font face dans un bus bruxellois et le ricain hautain demande :
- Hey you, qu’est ce que c’est que ça ? en désignant la "tour du Midi".
- C’est le plus grand building de Bruxelles, 102 m. avec l’antenne.
- Chez nous aux States, on a des skycrapers de 450 m. de haut, à un mètre près.
Et ça, c’est quoi ?
- C’est le "Palais Royal", 324 m. de long !
- Chez nous à Washington, on a "the White House", 526 m. de long, à un mètre près.
Et ça, c’est quoi ? en désignant l’hôpital Erasme.
- Ça Monsieur, c’est l’hôpital où les enfants viennent au monde par la bouche !!
- Oh really ? It’s great ! Fantastic !
- Oui Monsieur, à un mètre près...


Envoyer par email

Américain à Paris

C’est un Américain qui arrive à Paris ; il prend un taxi.
Le taxi passe devant l’arc de triomphe :
- C’est quoi ça ?
- C’est notre arc de triomphe
- Vous avez mis combien de temps pour construire ça ?
- Ça a bien dû prendre 5 ans
- Chez nous, ça prend 3 jours
Le taxi passe devant Notre-Dame ; même scène :
- C’est quoi ça ?
- C’est Notre-Dame, la cathédrale de Paris
- Vous avez mis combien de temps pour construire ça ?
- Oh... 40 ans, sans doute.
- Chez nous au Texas, 6 jours
Le chauffeur commence à avoir les oreilles qui chauffent.
Ils passent devant la Tour Eiffel :
- C’est quoi ça ?
- Ça ? Je sais pas. C’était pas là ce matin !


Envoyer par email

L’investisseur

Un investisseur américain se promène au bord de l’eau, dans un petit village côtier mexicain.
Un bateau rentre au port, contenant plusieurs thons.
l’américain complimente le pêcheur mexicain sur la qualité de ses poissons, et lui demande :
- Combien de temps ça a pris pour pêcher ces poissons ?
- Pas très longtemps, répond le Mexicain.
- Mais pourquoi n’êtes-vous pas resté plus longtemps pour en capturer davantage ? demande le banquier.
- Parce que ces quelques poissons suffiront à subvenir aux besoins de ma famille.
- Et vous faites quoi le reste du temps ?
- Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme...
Le soir, je vais au village, voir mes amis, boire du vin, jouer de la guitare... Une vie bien remplie, quoi !
l’américain l’interrompt : - J’ai un M.B.A. (master of business administration) de Harvard, et je peux vous aider.
Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps, et avec les bénéfices dégagés, vous pourriez vous acheter un plus gros bateau.
Avec l’argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un second, et ainsi de suite jusqu’à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers.
Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l’usine, et même ouvrir votre propre usine.
Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico City, Los Angeles, puis peut-être New York, d’où vous dirigeriez vos affaires...
Le Mexicain demande alors :
- Combien de temps ça prendrait ?
- Quinze à vingt ans, répond le banquier.
- Et après ?
- Après, c’est là que ça deviendrait intéressant, répond l’américain en souriant.
Quand le moment sera venu, vous pourriez introduire votre société en bourse, et vous gagnerez des millions !
- Des millions ? Mais après ?
- Après, vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme et passer vos soirées à boire et à jouer de la guitare avec vos amis...


Envoyer par email

Champion du monde

Un Texan et un Français sont dans un train, assis l’un en face de l’autre. Ils se dévisagent avec curiosité. L’Américain est l’archétype du parfait cow-boy. La chemise à carreaux, le chapeau, les bottes, la totale. Le Français est tout ce qu’il y a de plus moyen, avec son béret. Au bout d’un moment, le Texan lâche une volée de petits crachats, qui viennent dessiner une auréole parfaite autour de la tête du Français, et il dit "Smith, ... John Smith, champion du monde professionnel de crachat 1995, je suis même dans le livre des records." Après une légère hésitation, le français envoie un gros mollard en pleine figure du Texan , et lui répond : "Dupont, Jean. Amateur."


Envoyer par email

... Et la culture

Deux touristes américaines visitent le Musée du Louvre :
- Moi, dit la première, je prends la rangée de droite, toi, tu prends la rangée de gauche et on se retrouve dans dix minutes à la cafétéria pour bavarder tranquillement :


Envoyer par email

Communication radio US Navy

Transcription d’une communication radio entre un bateau de la US Navy et les autorités canadiennes au large de Newfoundland...

- Américains : Veuillez vous dérouter de 15 degrés Nord pour éviter une collision. A vous.
- Canadiens : Veuillez plutôt vous dérouter de 15 degrés Sud pour éviter une collision. A vous.
- Américains : Ici le capitaine d’un navire des forces navales américaines. Je répète : veuillez modifier votre course. A vous.
- Canadiens : Non, vous veuillez dérouter, je vous prie. A vous.
- Américains : ICI C’EST LE PORTE AVIONS USS LINCOLN, LE SECOND NAVIRE EN IMPORTANCE DE LA FLOTTE NAVALE DES ETATS-UNIS D’AMERIQUE. NOUS SOMMES ACCOMPAGNES PAR 3 DESTROYERS, 3 CROISEURS ET UN NOMBRE IMPORTANT DE NAVIRES D’ESCORTE. JE VOUS DEMANDE DE DEVIER DE VOTRE ROUTE DE 15 DEGRES NORD OU DES MESURES CONTRAIGNANTES VONT ETRE PRISES POUR ASSURER LA SECURITE DE NOTRE NAVIRE. A VOUS.
- Canadiens : Ici, c’est un phare. A vous.
- Américains : silence...